Association Bylaws Join Board Newsletter Articles FAQ Help Contact

 

Archives

 

Disclaimer

Articles and links to articles on our website are published with the understanding that we do not share all of the authors views, yet we find the material relevant to our cause and useful to readers and for research purposes.

Terms of Use

Articles published on this website are owned by their respective authors and are reproduced with their kind permission. Any reproduction of any of these articles is prohibited without prior consent by their respective author.

Bylaws

Our bylaws and the invitation to join our association may be freely reproduced and disseminated.

Copyright

The design of the website is the creative property of Pixelindustries (Germany) and The Association for One Democratic State in Palestine/Israel owns the untransferable right of use.



Israël-Palestine : un Etat pour tous, Yéhouda

La revue Courant Alternatif, organe de l'Organisation communiste libertaire (OCL), oclibertaire@hotmail.com a publié, dans son numéro de février 2002, les positions de Yéhouda qui défend la perspective d'«une seule terre, un seul Etat» comme la seule qui permette de sortir de l'impasse.

Yéhouda est un Israélien de tendance anarchiste, anti-sioniste et qui a fait de la prison en Israël en tant qu'objecteur de conscience. Courant Alternatif précise en le publiant qu'il n'existe pas de mouvements libertaires structurés en Israël et en Palestine.

Nous remercions les rédactions de Courant Alternatif et de Carré Rouge de nous avoir permis de publier les positions de Yéhouda.


Israël-Palestine : un Etat pour tous
Yéhouda

Quand un Israélien, même s'il est, et surtout s'il est antisioniste, est invité à donner son avis sur les solutions qu'il envisage pour le conflit israélo-palestinien, il doit faire doublement attention.

Je suis né en Israël, et j'ai grandi dans une culture spécifique, dans une classe déterminée, j'ai fait partie, bon gré mal gré, d'un régime d'apartheid. Est-ce ma classe qui parle à travers moi ou bien moi-même ? Je m'interdis donc de dire aux Palestiniens ce qu'ils doivent faire et quels sont les espoirs qu'ils peuvent nourrir. Tout ce qui va suivre ne sont que des idées. Elles n'ont pas de valeurs autres qu'intellectuelles, tant que les personnes impliquées dans le conflit ne leur donnent pas de substance. Il faut espérer et travailler pour que cette substance soit créée par les opprimés pour en finir avec toute oppression, et non pas par les oppresseurs et leurs collaborateurs pour maintenir une oppression.

La seule issue souhaitable pour la situation actuelle en Israël-Palestine est la création d'un seul Etat sur le territoire de la Palestine historique, où toutes les personnes vivant aujourd'hui sur ce territoire ainsi que tous les réfugiés palestiniens qui choisiront d'y revenir seront citoyens.

La création d'un Etat israélo-palestinien signifie la fin d'un Etat juif. Cet Etat aura pour base l'égalité de tous les citoyens - sans distinction de sexe, d'origine, de classe sociale, de religion ou de quoi que ce soit d'autre - et même un certain anti-nationalisme. Ceci est déjà d'une importance internationale, après l'importance que cela a en Israël-Palestine. La base de la fin du conflit est la justice et non pas la paix, qui est son résultat. Si on veut en finir avec la haine entre Israéliens et palestiniens, on n'utilise pas des murailles, des barbelés et des soldats armés jusqu'aux dents. Les deux peuples doivent se côtoyer (et peut-être se mélanger...) pour que l'un connaisse l'autre et par là, apprennent qu'il est humain tout autant que lui-même.

Avec le retour des réfugiés palestiniens on peut aussi espérer un sentiment de réparation des erreurs, ou au moins une tentative dans cette direction pour racheter les pêchés du passé, et le début de la réconciliation entre les peuples.

A la base de la création de cet Etat doit donc être la justice, et entre autres le repartage des richesses et l'autonomie culturelle pour tous, conditions préalables à la réussite d'un tel Etat. Le repartage des richesses est un élément très important. La création d'un nouvel Etat est une grande opportunité pour la création d'une économie moins injuste que celle qui existe jusqu'à aujourd'hui. En Israël-Palestine comme ailleurs la richesse est dans les mains d'une minorité. La déprivatisation du pouvoir économique sous toutes ses formes et l'autonomie culturelle de chaque groupe signifient l'autonomie face à l'impérialisme sous toutes ses formes. L'autonomie d'une culture est mieux protégée dans un pays vraiment multi-culturel que lorsqu'elle est culture d' Etat et ainsi au service d'une classe dominante.

Tout Etat palestinien à côté d'un Etat israélien serait faible et sans pouvoir, totalement contrôlé par son voisin, par les Etats-Unis et les pays arabes, sans autonomie économique et sans pouvoir de développer une culture autonome et libre. Un tel Etat serait un bantoustan, un enclos à esclaves, un réservoir de main d'oeuvre bon marché pour l'économie néo-libérale israélienne.

Dans sa définition même comme état juif l' Etat d'Israël est un Etat raciste. Il n'est pas nécessaire de chercher des preuves de cela dans sa politique quotidienne : un Etat qui se définit comme juif rejette d'entrée au second plan ses citoyens non juifs. La création d'un Etat palestinien aux côtés d'un Etat juif ne ferait que renforcer le racisme inhérent à ce dernier.

Pour beaucoup, l'idée d'un seul Etat pour tous paraît utopique. L'idée d'un Etat palestinien libre et viable à côté d'Israël n'est pas moins utopique. La création d'un Etat-nation supplémentaire en voie de néo-libéralisation est-elle la seule issue souhaitable et pour laquelle nous devons lutter ? L'idée d'un seul Etat pour tous n'est pas nouvelle. Il est temps de lui donner toute la place qu'elle mérite.